Peut être que chercher à dérober quelque chose sous le couvert permet de laisser s’épancher, trouver un autre canal pour que s’écoule sans causer de boursouflure d’éclatement  ou de rupture dans le tissus, ce serait une blessure  une taille hors de la continuité , un champs d’épanchement  – alors que ce déferlement ou le juste écoulement sans catastrophe ni digue force le flot que rien ne retient à se voir comme eau, surtout pas une référence quelconque à une réalité qui n’existe pas. H2O pour ce qui ne se figure pas mais tombe en cascade, véritable rhizome de mes journées voila la métaphore. Voir alors qu’au fond il n’y a rien, autre que la résistance à un inconnu que rien ne permet de circonscrire, laisse couler, pas de papier pas de crayon, une digue cède, juste un endroit de crainte qui pousse à la dérive.

chatpiteux-023_1000
photo perso, sous bois
Publicités

2 réflexions sur «  »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s