La bienveillance

Maintenant, ça pèse sur notre dos et nous projette la face contre terre, les griffes enfoncées tellement fort qu’on ne les sens presque plus, seulement au réveil parfois, par comparaison , on se souvient et on note l’absence

Alors qu’est ce qui nous pousse entre les cotes et le duvet chaud de la bienveillance cette ombre qui passe plus lointaine que les anneaux de saturne, est-ce le mépris

le sale vautour alors  séparé de ses plumes ! Ah !

 

1522696_317646155094103_8000447676002511714_o

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s