Présent du subjectif

Il fait froid et il me faut ramener le col de ce pardessus
par dessus les tempes et Dieu je n’ai pas envie de rire
je m’arrête et je regarde
sous la glace
dans le vague je me souviens de ce que Bo m’a dit
qu’il faut entrer le présent et ne plus bouger laisser aller
le présent a cette présence cette absence de coloration

évidemment sans bouger ne pense pas n’oublie pas

et tout ça les sourcils froncés
aller de main en main veut dire un peu plus loin
avoir la tête en biseau et rase les nuages

fais une frise de mes pensées les lâche il y a un peu de vent
c’est subjectif
frise les pieds liés dans le corps l’action
la grande puissance de l’inaction est de rester accroché
l’infinitif décide qu’il n’y a pas de présent installé sur les appuis
l’infini frôlant le vent

Cela aura , Bo , été un échec
je n’aurai pas réussi mon abandon
sur la crête tombant
se déplaçant dans la progression accrochée
se retrouvant dans le maelstrom où l’on a toujours voulu
blanche noire soupir
croche
être
et avoir froid aux tempes
IMG_1993

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s