Paysage avec humain

Proposition
pour enfin dérouler l’histoire de cet homme
assis là
et s’en allant
pour faire sortir l’immobilité de cet instant photographique où il est contenu sans que rien
ne s’échappe
ni l’heure nocturne quand l’oeil du givre à moitié éteint
Seul
l’homme au bord des rails
alors qu’un champs de pierraille sert de cordon
salutaire sanitaire contourne la voie
et perpendiculaire coupe
sans plus attendre
se hâte au plus vite sans distinction et monochrome
à travers cette jachère industrielle
Il y a une empilement on y voit
des wagons
contenants inutilisés et hors de propos et
refermant la porte
L’aiguille comme un train dans la nuit dans l’ourlet de coton
s’enfonce
ne ramenant rien
alors que je m’irrite devenant plus noir dans le bois du soir
alors que je m’avance
sans clairière
ni tambour ni trompette

. Le fakir rouspète

Yumeji
Yumeji
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s