Belles balles de cèdre

(c) Kiarostami
(c) Kiarostami

cèdre et sève noir plant

ploie sous les cerises mûres, noires elles aussi

Liant

Arbre que l’on voit de loin les pointes qui courent
couchant qui coure
sur la surface à la poursuite,
probablement, la terre, probablement.

l’on voit des
Couleurs des
textures
dans le son du mot
l’appel
de l’arbre qui surgit

La section

couleur et interjection sur
le minéral attardé de celui

qui

au soleil  jaillit haut sur la montagne

là où

il n’y a plus que peu de maisons
de  jardins
d’enclos mais
mur de pierres caillasses des pentes.

on y entend

le roc

Sonate tocsins et cymbales

On y entend

Champs au printemps
oies
de l’ancêtre l’on apprend qu’il a fini par
faire la noce avec  la

Vieille

veuve délurée dont il ne reste
le souffle
l’odeur
le suc

L’embarras

Mais dans les feuillages, le parfum du jour est trop fort
du fruit qui a pourri,
l’odeur des jambes
pas de corsage
pas de lambeaux
pas de tombes

mais le froid de la vallée.

Le souvenir de l’olivier
acacias
aubépines
et rejets rachitiques

Hyacinthe

à peine un fruit
la suie
un puits

l’herbe
suinte
là où elles pleurent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s