coquille nuageuse qui la-bas s’épelle c-o-n-q-u-e

Remplacer
la béatitude du soleil par
l’étendue grisante
pesante de la glace
parfois des aigus
Revenant périodiquement
sans
que l’on puisse dire quand
prédire
ni
prévoir
On entend plutôt
qu’on ne voit
ce décrochage
du son ces aléas
quand rien ne bouge

La matière
soudain
arbre
ou oiseau
ou poids
jardinet
oblique
ou serré

Ce qui me sers
de Je
et que
j’ai laissé bavard
voudrait décrire
ces sons
la couleur la douceur
la pente
pendant que le sol
retient

Pensum
le corbac égaré
halluciné
surtout dans la voix
et qui ne mène
à rien

Ici
il n’est plus de
temps
ni de lieu
ici
sur l’étendue neigeuse
du Nord le crissement
cesse
là où
l’interruption reprend

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s