suturer, dit il

Les assemblages  permettent de réverbérer un clair obscur incertain à la lumière de notes d’une musique ou la salamandre d’un émail mord la voix : on suit le fil incertain sur le chemin du rasoir se blessant à chaque pas, à chaque écart du larynx, un pansement à chaque doigt arrête les saignements. Dans la bouche du long tubulaire qui ne mène qu’à lui même poursuit une hallucination de clarinette basse, un soupirail est levé, le danger semble vaste un vase labyrinthique  une fois soulevé le chapeau, il ne s’agit plus de  perdre. Pas par peur. Par la plus grande vigilance les paris sont élevés, glisser et on meurt étouffé, dévoré par les rats.   Chaque pas soulève des flaques de stagnation, indignation, un amas de bohémien chante sur l’ile et affutent les instruments, la voix parvient caverneuse, pas de vision de printemps ni d’aube mais quand sortir du tunnel ? Il faut opposer aux aléas aux passant, vivre nous heurtent. Ma grosse colère attachée aux sourcils, coup de fusil, je vais a contrario sachant que je dois arracher, déchirer la la plaie et  filer d’un bon pas. Il n’y a pas de  cicatrisation, l’évangile en est plein. j’entaille, je soulève un coin de peau sens palper l’organe et l’orgasme est un spasme. la fille me sourit. je laisse les mendiants mendier et les mourants mourir .

Unknow, who is she ?
Unknow, who is she ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.