Poème

Deux allongent un pas bien majorquin

Deux si sont tout seuls au monde

Nagent au bassin d’amourachement

Deux feuilles hirsutes de pluie rouge

Veine qui brûle deux feux sur la pluie

Grelots d’eau résonnent à ventre joie

Deux pas pressés aboient s’enlaçant

Deux fous élus viennent de s’élancer

 

479723_344219339017383_1413777633_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s