Persan

Il faudrait, sans raconter puisque raconter éloigne

 

 

dire que j’étais sur la place

 

 

Zoom persan

où il y aurait un marché

allaitant

des gens pleins de bruit

causant

couleurs alléchantes

de fait léchaient lapaient sanglotaient

le chaland tripotait des choses pour rien, chose ne veut pas dire grand chose,

sur la photo il y aurait un collage tout mouvement et variété indifférents dans la besace

des provenances des directions des dynamiques des échanges des transactions des évolutions

marchandises dans le sac vrac de sac là on dit s’en mettre dans la poche et tête dans le cabas

je sirotais en songeant

aux draps

aux olives

au savon

à la récolte

 

j’étais sur la place et je flânais dans un livre

qui ne parlait pas du marché

pas de celui là

étant à mille lieues

j’étais seul étoilé au marché

je me prenais pour l’anis

et de fait les vieux étaient à l’anisette

parlant peu buvant sec

 

Opium

moi dans le livre tournais les pages le dos aux visages le corps aux corps et vaguement aux bruits souriant aux sourires possibles des quatre coin du monde : Arménie, Togo et même peut être de Sibérie

 

si ça se trouve on tombe

cassé comme l’eau sur les embarcadères du port

 

Tout cela n’a pas de sens et sans sens entame le sens que l’on a de son orientation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s