Cela vient se poser.  Dehors il y a des bruits et aucune dramaturgie. Les mots viennent à la bouche et se noient sous la langue. Le son dans la lumière traduit en terme de goût. Il y a les fruits que l’on coupe en fines lamelles comme la femme dans la cuisine tranche la racine de gingembre.

La prière se mêle à l’eau et au blanc. Bien sûr il y a la ribambelle d’enfants, nous sommes tous sérieux et nous échangeons à peine. Assis pensifs sur les marches, le monde dans la cour décline et les grenouilles plongent.  L’étendage des couleurs sur le fil,  les tissus sèchent, il y a les rires.

Dans les aigus, d’abords une paix, sans trop vouloir y attacher d’importance, ce qui nous y a mené nous a pris par surprise, sans embuches et tout droit, la paix s’étend à notre sommeil.

5560_1099253999451_1169683877_30260384_7964600_n 6640_1105967607287_1169683877_30280056_6542862_n 6640_1105967647288_1169683877_30280057_5111640_n

Voir, rien dans ce que je vois ne trouble. Je voudrais oublier jusqu’à la respiration. A l’intérieur le calme assis, les voix et les sandales trainantes, je perds toute envie de comparer et de compter, les corps impalpables ne sentent plus dans le flou qui parsème. Ne pas conter allège le la sensation de poids. L’air de flûte et mon contentement, me font au départ, penser au papillon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s