Wu Wei

la grève

en rond des lèvres de l’eau

ne regarde pas

elle détourne les yeux

et parle fort

 

sur le chemin le long de la grève

je crisse

et je râle

non pas du dernier souffle des êtres vivants

mais du premier

quand je rompt

le cercle

 

 

et que je ne dors plus

que je n’écris plus

que les mots vaquent

libres

ou laissés tels

sans barbelés

calmes

 

 

comme le lac et la pluie

le monde autours attend

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur « Wu Wei »

  1. Comme le lac et la pluie
    le monde attend, et l’autour
    est haché d’obliques,
    Rebondissent sur la barque
    et dessinent, des yeux,
    En surface.
    Qui s’ajoutent, se recouvrent,
    et pleurent des paroles légères.
    Murmures et clapotis…

    Il y a dessous, des êtres vivants,
    Des ombres, furtives
    Rôdant sous les nénufars.
    — Comment voient-ils,
    ces cercles posés là,
    comme phylactères,
    qui se croisent,
    et comment lisent-ils
    les messages des nuées ?

    Les ajoncs penchés sur la berge,
    Ont perdu leur reflet,
    La piste est de boue,
    Les escargots s’enhardissent,
    Et un gris dense
    s’est étendu sur le ciel,
    des mots libres flottent….
    Autant de présages,
    Déchiffrés par les grenouilles.

  2. oui vive les grenouilles ! j’ai longtemps vécu près d’elle et on avait de longues conversations ! comme Ch Ta avec sa carpe ! c’est tout à fait ça ! merci du beau cadeau ; j’avais même mis clapotis avant de l’enlever , vu que les grenouilles recouvre le bruit de l’eau ! merci Rechab

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s