l’heure attend

S’éloigner quand viennent les gens en désordre et quand les conversations se mêlent un  gai tumulte comparable à une communauté de perruches qui s’éveillent

 

Publicités

3 réflexions sur « l’heure attend »

  1. belle observation. J’aime  » les gens en désordre « . certains chants d’oiseaux plus émouvants que d’autres. Celui solitaire qui perce petit matin me bouleverse de joie à chaque fois que je l’entend

    1. oui vive les chants d’oiseaux le matin et les grenouilles le soir, les perruches elles font plus de bruit, ainsi que les poules lorsqu’elles caquètent

  2. Mais Lam… si nous nous éloignons… « nous »… nous éteignons l’espérance… Tout « éloignement » agit en coupe-circuit de la sève qui anime la grande « batterie » du monde ?
    Il me semble que toute forme d’éloignement annule le caquètement d’un alternateur au sein du vivant… ?
    Hier, mon fils m’a adressé cette annonce en minuscules :
    « cherche un électricien pour rétablir le courant entre les gens
    un opticien pour changer leur regard
    un artiste pour dessiner un sourire sur tous les visages
    un maçon pour bâtir la paix
    un jardinier pour cultiver la pensée
    et un professeur de maths pour nous réapprendre à compter les uns sur les autres !
    Non Lam… ne nous éloignons pas… même quand les gens…
    Sincèrement, Marie-Christine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s