car pourtant

et la vie ne s’est pas arrêté, quel est le mot qu’ils emploient
mot de générosité accolé à la perte
ou l’entête+ment de la continuité
serait ce que le néant renait soudainement
serait-ce que côtoie ce qui peut côtoyer
la brèche refermée et la réparation agissante

le monde et le manque,  le mot de nouveau concilié

le lien élevé face au rien ; mutilé
et pourquoi cette spirale sans voir responsable de l’inaltérable accolé
et pourtant vivant , heureux d’être en vie tentant d’arracher le silence à la muselière

et le faut il vraiment ; faut il laisser les mots transpirer, les laisser dénouer

l’obstination dans le mouvement aura-t’il raison de l’aval

une simple roche briser le chenal et l’em portement de l’avant
est-ce une simple affaire de nœud

de friction ou d’envers ; de sens au départ ?

d’apparition ou de disparition?

© photos  Aida Muluneh (afriphoto)

Publicités

1 réflexion sur « car pourtant »

  1. Je suis sensible à cet article…
    Laissons à l’an 2011 le soin de nous répondre, de temps à autre… ne serait-ce que par bribes.
    Demeurons éveillés, à l’écoute…
    C’est inscrit dans la trajectoire de mes voeux que je suis venue formuler par chez toi.
    Amitiés,
    Marie-Christine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s