Angèle Etoundi Essamba

à  acheter de toute urgence « Voile et dévoilement » , édition Cheminement , 2008 ,

livre de photographies lumineux, zanzibar et les femmes, le voile vu autrement que ne le voit Laure Adler dans le livre « femmes hors du voile « , un autre regard qui rappelle le chemin du long désir d’Ananda Dévi.

Et justement Ananda Dévi et Houria Abdelouahed signent de très belles pages, qui comme les poèmes d’Angèle E E ponctuent de mots la fournaise de la bouche voilée du regard, braise à lire et dont je livre un extrait avant de courir au Musée Dapper voir l’accrochage d’autres photos d’Angèle Etoundi Essamba au cours de l’exposition « Femme dans les arts d’Afrique » . l’éclat de la beauté me ramène à Amina, à ce rivage entrevu et définitivement accosté dans le feu de l’ancre du rêve.

Loin s’en faut. Oubliez vos croyances, vos a priori, vos préjugés : ces voiles-là ne sont pas des voiles, loin s’en faut. Aurait-on au fil des siècles, oublié le pouvoir de la vrai séduction ? Croyiez vous contempler de femmes séduisantes en feuilletant des magazines de mode ? Dans les corps émaciés, retouchés, édulcorés, cadavérisés des top modèles portant sur la bouche et au bout des seins le goût fade de l’argent , du toc, du fac-similé, du factice, croyiez-vous trouver de la beauté ? La liberté des femmes se trouve-t-elle dans cet étalage sans âme, dans ces étranges postures, dans le vide de leurs yeux écarquillés ? Tandis que les adolescentes se transforment en midinettes vite désabusées par le pouvoir des média et de la téléréalité, quelque part ailleurs s’écrit une autre histoire que peu s’attachent à découvrir.

Venez laisser Angèle Etoundi Essamba  vous la raconter. Elle vous attire dans un guet-apens. Vous n’en reviendrez pas indemne. Comment ne pas se laisser prendre à son jeu ?  A  cette séduction qui ne repose pas, elle, sur le dévoilement littéral du corps, mais au contraire sur celui qui a lieu uniquement à travers le regard. Entrez dans le monde d’une beauté à fleur de plis, au cœur des silences, au versant des secrets. Y a-t-il de plus belle séduction que celle qui se chuchote entre deux sourires, celle qui danse entre deux esquives, celle qui se dissimule dans l’ourlure d’un regard.Ce n’est pas là une beauté étalée sur la page pour être cannibalisée.  Ce n’est pas celle que l’on consomme et que l’on oublie.  C’est celle qui se procède de la magie : magie du blanc, visibilité volée  sur un banc de sable comme une aile d’oiseau marin entrevu le temps d’un battement et qui, aussitôt après, disparaîtra. Magie du bleu magnétique qui est une porte sur des rêves interdits. Magie du noir, bien sûr, qui se passe d’explication car il nous vient du temps des mythes et des sorcières qui, d’un seul regard, foudroie le voyeur et le transforme en pierre !Le blanc s’envole, le bleu s’étale, le noir s’enracine. Le noir caresse, absorbe, aspire. Vu dans la fente du noir, le bleu se vêt d’or sombre, les yeux jaillissent de la paume de la nuit, les cous s’élancent en une grâce douloureuse et les poignets s’enlacent de bijoux de broderie ou de henné. Le noir ne masque pas, il magnifie.


On peut bien sûr imaginer un autre destin derrière ces visages et ces corps dont la magie semble venir d’un lieu bien au-delà du temps, un lieu atavique et songeur que révèleront les portes cochères une fois ouvertes. Ces femmes-là ne sont pas seulement des images qui font frissonner d’une envie secrète. Elles existent dans leur monde ; elles peuvent être aussi épanouies que semblent le dire ces photographies ou dissimuler au contraire de profonds désarrois.  Chaque image fixe un éternel présent autour duquel s’éploient un destin,une existence, un passé, un futur que l’on ne saura pas. Mais ce ne sont pas les voiles sinuant sur les courbes mobiles qui condamnent ces femmes à une tragédie annoncée : seuls les hommes sont capables de le faire. Une main qui s’arme d’une gifle, une bouche qui s’ouvre sur le mépris, un quotidien qui s’appesantit sur l’épaule et la ploie, chacune d’elle peut connaître cela, et chacun de nous qui les regardons, peut connaître cela. Souffrir et faire souffrir. Il n’y a pas de frontière. Un voile ne fait pas d’elles des désemparées. Tout comme un corps librement révélé ne fait pas d’une autre une femme libre.(…)

© Ananda Devi, voiles et dévoilements

Angèle Etoundi Essamba

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s