échancrure du bleu

Pour me refaire une santé je vais rôder auprès des grands arbres,

je m’assois sous l’ombre claire et humme, le feuillage enluminé, je m’endors aux racines et m’étoffe fleur, coton florette ma nin, distillerie des couleurs solaires, l’hiver même n’éteint pas la dorure du feu ,

© L S euca 2006

il me manquent mes frères koala et les écureuils préfèrent les pins , ils savent donner toutes la joie et rient en pitres;

l’eucalyptus est mon arbre , il tangue au vent et touche des lèvres l’océan , la gaité s’envoie au vent le doux balancement d’un flor à corps, s’apparente à l’horizon, la force virile connait les détours du rêve, ride au paysage le souffle martèle dans les remous, dans les trous d’ombre la terre s’approfondit. l’arbre se livre sans retenue à l’été.

© L S pays-age 2005
Publicités

2 réflexions sur « échancrure du bleu »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s