Partir
comme d’un détour des chemins
détrempé
quand la touffe d’herbe irrite le sol


Grince la porte et le monde
grand ouvert

Tonnerre
et l’oiseau entre les feuilles
s’envole

Soudainement
il n’y a plus rien dans le ciel
que les nuages et la pluie
les froissements du vent
et les flaques d’eau

Dévalent et délavent le noir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.