la cloche qui sonne le départ n’a pas retenti
la vague se casse contre le béton

l’eau oublie

l’ombre petit à petit se fait dense,
englobe
les rives et les courants
les dérives des
barges, le retard du courrier
et les papiers dans la mer

temps d’aimer

il y a quelqu’un qui se baigne
de l’eau sous les genoux
tremble
un arc-en-ciel sur la bouche
des poissons
sous des trombes d’eau
le balancement de la lune

le froid de l’éveil

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.