compères au bord du rocher trop près de la mer
asphyxié sur le sable agonisant sur le flanc
écailles noires comme des ongles de pierre
comme des coquilles ouvertes sur la langue
de la bouche du rocher qui souffle vers le large
voudraient bien remettre à flot le continent

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s