Je veux rester fou au monde
et sans vent froid
sans calcul ni repos
et si je suis  fou à toi
c’est pour inventer
toujours la courbe de l’orbite
sentir que l’on vit
et que le moteur tourne
que la terre tourne sous nos pieds
que la route file
que le cœur est une vraie montgolfière
chauffée à blanc
et prête à péter
que l’on perd pied
parce que le vent a pris la relève
et qu’on est dans la bourrasque
au dessus du paysage
et donc de soi même
fourbu et qu’on dormira bien
et qu’on pouvait pas donner plus

et puis se laisser aller à rêver et dormir d’une vie meilleure

cicada, Seiju Omoda
cicada, Seiju Omoda
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s