Perdu
dans ce qui est aussi vaste que
la liberté
de choisir n’importe quelle destination
mais aimanté vers le nord
à quoi me sert cette vastitude ?
cette vacuité où tout pourrait apparaitre
mais le nord ! ce nord
sans lequel je ne peux pas penser
ni voler sans tourbillon
soudainement le magnétisme est
envolé
se dérobe
le ciel est mon pré
je compare mon ciel à ma latence
se perdre
dans ce qui m’est donné
sans reflet autre que le nuage
le bleu réverbère
se dissout en vapeur
libre aussi
de ne plus rien voir
si je lance à la latence
à la largeur
privé de la profondeur
si j’accepte d’élargir la possibilité
aux devenir de la graine
au rythme de la tige
croitre en épaisseur
élargir au vaste
aussi épais que les eaux
que le corps et l’esprit qui découvre
met le cap sur la vibration et satisfait
de son vide aussi épais que l’envie
brisant les barrières
magicien seulement d’un avenir
de nuées
augmentant au même rythme que le
déplacement
n’ayant d’autre raison
que son expression
le plaisir de se savoir vivant
hors de l’emprise
d’une quelconque prise
au hasard d’un vol
satisfait
de voler
mais si loin
si loin
dans le plein même de l’univers

 

aile_1000_2

Lambert Savigneux, aile 2009

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s