J’ai ouvert un carnet
(que j’avais refermé)
j’ai jeté des mots
sur le papier (et)
des signes cabalistiques
une euphorie de traits
mille volts et des gouttes
de couleur absorbent
l’irisation de la carte

C’est alors que mon œil
s’est emparé du compas
tracé un cercle  lent
déchiré le sparadra
est tombé dans l’eau
du  méandre dans le marigot
c’était comme si
l’astronaute dépliait
l’eau bleue du sang
des eaux dans le vif
l’or rouge des veines et
la forêt de haut en bas
Oh Astre notre astre
laisse voir le fracas
l’ahurissement glacial
la pesanteur de la douleur
l’erreur et le feulement
la cicatrice qui se referme

rtx14wb4_2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s