Le plongeon dans le corps de la phrase, celle-ci entraine à la suivante comme dans un motif japonais qui répète les lignes du motif comme la trame de tout ce qui peut s’observer, ligne à ligne reliée par la navette nécessaire et sans fin des jours que l’on voit dans les fibres de la fougère. Sans qu’il n’y ait vue d’ensemble la tête remonte à la surface pour ne pas se submerger, oublier jusqu’au sens de l’éloignement, les cotes ou le rivage,  l’eau scintillante de la surface, du rapprochement, du tôt ou du tard c’est dans une eau sans ligne,  hors de l’éveil que procure le soleil, sorte d’Atlantis de ce monde desséché si le cœur de l’étoile bat, résonnant sur la peau  l’eau prolonge les battements d’un lointain ailleurs alors englouti.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.