J’aime ces êtres comme ce paradis de corail à la surface la main dessine des fleurs qui s’embrassent sur la bouche faire l’amour en piaillant jus de citron comme un fleuve de couleur  je me noie juste pour voir, juste par plaisir pour mieux voir son visage, pastor sac à dos vers ces grands lacs limpides ils sont gris, verts ou bleus je bois alors tout autour de ses cils la rosée bleu, les traces de pigments rouges, ces creux dans ces lèvres, lèche, dévore, et dévale il y a les poudreuses, les torrents  de pierres précieuses il faut s’en recouvrir à mi cœur se laver la peau blanche palper dans le lit à grande eau les couleurs qui font plouf  c’est moi qui disparait le long des cotes rauques

10658628_10152881742826062_3736065031525214521_o
 (c) Birgid Watson
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s