Hommage à Ozu
Hommage à Ozu

été sur la tombe de ma mère ai chanté les vivants et les morts ce jour là il n’a pas plu mais depuis qu’est-ce qu’il tombe et pour que les racines creusent dans la terre il y a les fleurs comme une épée et un caillou pour s’abimer les doigts sans bateau à l’ancre pour partir loin vers les iles et comme fait le vent entre les voiles aller vers le couchant.

Publicités

2 réflexions sur «  »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s