Il est dit quelque chose à propos du vent du soir et de quelque chose de bleu. Il y a des bribes de phrases qui semblent en liberté / le ton est celui de la simplicité / l’insouciance / plutôt une qualité de la couleur et ne se défini pas car ici rien n’est rattaché / Sur la vitre et sa chemise les paroles les surfaces sont polies et il est difficile d’appréhender ce lisse /  vouloir les questionner / engager la conversation / à toutes les questions sur l’existence il opère un regard oblique / les vies à l’extérieur sont dures et en tous points partielles /  se vivent vite lorsque rien ne  les assoit /  mais il aime ses moments d’hébétude au réveil où le monde est comme surpris / où il peut interroger à son tour /  il n’y a pas de réveil / il n’y a pas de sommeil / personne pour rendre compte de cet espace que seul la chaleur du soleil rend affectueux / ce n’est qu’apparent car  ici les adjectifs n’ont pas valeur qualificative / tentent de décrire, situent un cadre en dehors de tous phantasmes.

(c) Hopper , evening wind 1920
(c) Hopper , evening wind 1920
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s