Suppose qu’elle ne te regarde jamais ou pas,
suppose que la lumière du jour ranime ce feu éteint qui brûle dans l’ombre,
que tu ais froid, feu froid, my boy,
que tu ne respire plus
que tu t’éteignes sans orbite
ayant banni l’amour, qu’à jamais disparue la ligne des lignes de ta main se détache
ne t’enflamme plus
visage évanoui que tu recouvres de tes cheveux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.