désaccord

Les autres lisent tous les jours le même journal et ferment doucement la porte de chez eux pour se retrouver dans la rue. Ils ont fini par l’appeller par son nom, accrochés aux fils il n’y a pas de banderolles ni de rubans  elle n’est pas grise, n’a pas de couleur, il y sont chez eux. Depuis toujours à leur matin, le bus rouge, la file d’écolier et le mendiant qui s’est remis à boire. Il fait froid et j’ai mon air ennuyé, je ne suis pas content et l’air fouette.

Christian Dotremont
Christian Dotremont

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.