Voix frêle

Rester sur la ligne fragile qui nous maintient en vie
accumuler – sans cassure –

et revenir sur ce qui fait mal
n’est pas là où nous monte à la gorge le sel aux yeux
les larmes

veut dire que l’on ne lâche pas -étreint les larmes aux yeux

voix frêle rien ne survient elle est suspendue, survenante

quand celle mourante, qu’on croyait telle, sur son lit immobile, on se le dit se le redit, n’est presque plus là, ne mange plus, n’existe plus, te gène dans ta survie, quand celle-là même dans un effort, la voix enfin sortant, dit baisser chuchotement , je n’ai pas bien compris, veut dire « baiser » baiser répété bas comme elle dit je suis là , te reconnais , t’aime, est une claque dans le silence, étourneau absurde

veut dire affection, reconnaissance, souffrance ne parle pas
veut dire obstinément
voit partir, de partir, d’être vu partir, douleur de perte

rattrapée au vol et qui se brise
le vol se brise

en vol, quand les mots disent « t’ai reconnu », on ne croyait plus, ne voulait plus croire, entendre, pour survivre tourner la page

se retourner

que les mots surprennent, au pas de la porte que tu reviens
donner un baiser sur la jouetroublé et heureux, pour un instant sorti du néant
où « on », toi moi, dérivions.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s