en attendant

Les mots sont lourds, aussi lourd que la pesanteur de l’arrêt, comment expliquer ce décalage ? le chien à l’arrêt n’aboie pas , ne détalle pas, il attend immobile que la proie bouge

là pas de proie

pas d’issue,

une immobilité seulement

due non à la fixité de la grammaire mais du fait que la proie ne bouge pas

un peintre y verrait un chatoiement un bouleversement des cimes et le feu dans les broussailles sont un tango mais la proie immobile rend impossible de se mettre à chanter, de se livrer à des excès, de jouer au dieu Pan

les muscles en se raidissant rendent possible cette quête de sens, de nouveau plus qu’en plein midi et qu’une envie de s’endormir, de se laisser aller au vague, l’attention redonne au mot la tension contenue

arrêtée attendant que passe le moment où se jeter, ultime but qui n’arrive jamais,

l’attente érode et la longue phrase luit du peu qui reste, ramenée à l’attentif face à la distance de ce qui s’obstine à ne pas bouger et se confond avec les herbes

sans chute ni départ

 

945369_421127674650113_465389734_n

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s