si un jour sur ta langue

Si un jour où sont des hurlements dans le boudoir

de souffrance dans la poigne des villes ce sont les moments de l’ombre

une pause dans le temps bâti Ombre pesante elle étouffe

ire comme les havres se tutoient mais se noient

quand  une femme Ambre un piercing et son string

tire sur la corde et attend que dégringole le carré aléatoire des résistances

la salive des bouches aborigènes alignées

édentées

creusent un tunnel  pour rejoindre les buissons les herbes épineuses

un sac en toile

vers

où ce

sont

les caches sous les pierres et les touffeurs

l’hominidé déviant

l’insecticide parent

cet essaim est la huitième plaie d’Égypte

la huitième barbe de Barbe-Bleue troue le pic au passage du col

dissémine le vouloir défrisant

est ce une cure

une vulve comme

un piège des mousses sur les murs cachent une cavité

silence

une bouche

réprimande

gagne sur le temps

à la barre des accusés témoignent au petit déjeuner les baisers de la fleur mortelle

théâtre malien
théâtre malien
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s