Transi en effet si c’est possible

ce miracle qu’est la fleur  ouverte  375880_509149799100723_1245929402_n

léviter
circonflexe le chant l’atteint par l’intérieur
suivant le cas elle guérit    ou rend malade
la faim
la vue l’une des visions c’est renverser la tangente
rassembler les deux mots chacun à une embouchure de la phrase, commence et puis finir
et entre les deux emboucher
exprimer imprimer souffler
d’un même son sans qu’il n’y ait d’intention j’aspire à
utiliser un mot
qui veut dire
ce à quoi j’aspire
à outre-ouvrir                                                                {ouvre-boîte}
mais en mêle un autre qui le contredit comme l’éviter serait en forcer le respect et contourner le secret somme toute avide

Branche morte cassante entre les dents façonne les labiales  jailli comme  saillie siffle non le serpent mais la sagaie ce qui pourrait se résumer au même, mort sévère et brutale
retenir la langue entre ces deux mains comme un bol d’eau pure est la clarté du  jour le saut dans la terre quand la boue sert à au potier est fragmentée en élan sacré le serpent se terre en cercle bien appris

et s’il était possible je ferai plier la branche sur laquelle le koala dort et lui faire une blague entre ses petons conduire une fourmi chagrine crachant du jus de coccinelle réouvrir la route lactée par où cette infamie parvient le soir à s’installer

mieux qu’un hamac ce lit de feuille à la poussière d’étoile qui d’or pleuve tirer la langue à la liaison et dans un quatrain s’évertuer

sans qu’il y paraisse et la queue en l’air devant la métaphore et pensant fort au Détroit des Dardanelles où est mort mon Grand-Père, la queue en l’air accroupi laisser les vents invectiver l’ennemi , pour cela un Cassoulet semble tout indiqué.

534675_10151235653655909_1813844892_n

La langue finira par plier j’en garde l’image exacte mais mouvante aussi incertaine que l’insertion d’une voyelle détourne le champs du sens laboure les taillis de l’entendement à la mesure que le corps impulse ensemble, lui et la voyelle d’un seul tenant              d’un même allant

ces mots ramènent à un corps que nous connaissons et et je m’y soumet poursuivre en mouvement en chasse la position assise puis repliée d’un coup de rein debout celui qui dé-tient car je (ce qu’il en semble ce raccourci pour dire être et ce qu’il s’ensuit) des mots et des choses cette forêt vierge s’étend aux bottes d’un marais m’y enfonçant à chaque fois un peu plus profondément s’assurant de la solidité de l’emprise catastrophique et brodant sur cette possibilité car la méprise est totale et il faudrait mieux parler d’hypothèse, un pied devant l’autre dans la langue sans déraper insiste la nécessité de colorer l’assise et permettant une échapper par la constitution des mots qui pour la plupart ont une porte dérobée, une fenêtre(l’accent permet d’emprunter la voie des airs sans qu’il y paraisse et quand rien ne bouge la machette de la prononciation parvient à évider une sente, en s’appuyant sur les concordances et les discordances une vague perception se fait plus claire
besoin d’air pour
accomplir                      entrevoir                            exprimer            dans l’extérieur
et dans cet enfermement que l’immobilité suppose         suffoquer

 59755_584885801538759_639953589_n

 (à suivre)

au contraire le pas libère                         le pas
cet écart dans le ruissellement           la succession des temps                        mouvement que gesture restitue                avant                                          alors que toute les positions sont permises
volée                                           de repliement                    le NO ne conviendrait pas car il s’apparente à la mort       à l’immobilité plutôt qu’à la souffrance
ou la jouissance mais avec la  tenue on change de dimension                      dissension sans distinction
la syntaxe                                     s’étire                                            ou se rétracte réfracte, peut être,                                                       selon que le sens                      l’exige                                      transpire                                    expire                                    soupire
sans contrepartie                            le  souffle soumis à rien d’autre que la pression du                                      thorax
et des étoiles
l’aventure cosmique                                                   réactivée dans le mot
la voyelle                                  atteint                                  le paradoxisme à   la vitesse de la lumière
la               simultanéité                            transmutationnelle                          on l’inventerait                     le mot pour expliquer qu’un mot se dise étoile                                        comme pour tenter l’étincelance
en bouche             en contrepartie en poids du corps une partition pleine des trous du sens et laisse à l’improvisation la part du déplacement au delà le rythme soumis au souffle comme une flute, lance et chiffre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s