un rameau

un rameau d’olivier dans la noirceur ton regard contournant l’angle subitement préoccupée de dépoter le pot et ranimer le feu

un courant d’air à attisé ma flamme fort à faire dans la brise de l’hiver quand en courant je remontais le Capitole farcissant l’oie

que de nous la lave eut englouti la diphtongue épanouie à la brume le poète déclama de trois poils de pinceau l’anguleuse fierté

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s