peau d’Ekwos

-Peau

à la poursuite être vivant

par conséquent pas cadavre

)

pour autant la truite est dans le torrent

grand vide dans les silences
araignée
tes pattes attrapent le vide                l’eau débat

sans clameur une ligne effleure le monde et s’en va

une fleur avale sa tige
feuilles
l’innocence nervurée                            saisit la terre

dans la transparence un cataclysme majeur

la chaleur incurve
je rêve
le serpent doucement                       se met à voler

-Sonora

Fruit que partagent les jaunes et picore le soleil                             vents des bleus                                                        l’oiseau    orange     ou papillon vient en volant                            battant des ailes sur le marbre                                   c’est comme un pépiement de tous cotés                    y a t’il autre chose que les millions de couleurs dans l’air                                                 sont le signe d’une naissance                  que            l »étendue de la lumière impose la journée                                              en tache                       rire ou pleur                                     la matière douce ou sonore                                                  persiffle  glissando                                                  perçante                                                   éclipse à la multitude

– Ekwos

est-ce mon habitude                             croupe                                 le cheval ,

par où tu montes               et délivres                     par où tu étends à la trajectoire                de l’enclos / l’encolure

par le cou                     la déchirure / crinière

par là   s’accroche / caresse                              l’immensité et soi

le défilé imbrique            boite/déboite

presqu’au dessus de la canopée des cimes                                    chevauche                                enlacé au crin

c’est comme faire l’amour au monde

en étalant                        comme des               ailes aux naseaux

épi-souffle de l’étalon /jument                                             ekwos le dit bien

le temps de ton souffle n’est pas épique
le grain                                l’herbe  le vent  libre              erre        /     balance                          le gréement de  la plaine                                       entortillada des chemins                                 dévale                /                remonte                     à                       ras      /       lourd                  un lac                           en bas                       des collines                                là haut                               les roches                                      mont                aride                                    l’horizon en dessous                            les veines d’Ekwos ou                    dans le bris du ciel                        à                flanc de nuage                              l’ancêtre

L’      arbre parsemé                          L’  ours                                              biche                                                 à l’orée                              et moi /  large au temps

-Echos

bleu                    toute d’une élancée bleue                                      les silences  mieux que les nuances
un seul mot d’une seule masse         pesante                                 se suffit

à tout du long un trait                                              aspire l’espace

comme à soi                     une absence de la couleur

ligne pour prolonger l’épure                                 un temps identique les relie et la brise                                      simule                                 la simultanéité                                    c’est cote à cote                                                       l’un dans l’autre                                                          parviennent à l’écho                                    en un de rien diffère                                    le bleu tombe dans le bleu

et si le hasard                                  s’il distingue
quand semble différer ou bifurquer ou séparer

espérait célébrer                                  quand
les désarrois de la rétine se mettent  à courir

mouches sur                                           la peau

reste                                          demeure sombre et tombe                                                  rien qui interfère                                                               qui est la frontière         entre

l’un opaque du coup                                     tonnerre                                     détone par la trajectoire
qui rompt et délimite un néant dans son milieu                                               sans                          ce             serait presque vert ou noir

la déchirure toutes sortes de veines                                               déminent et délimitent à travers                                   dans les déclinaisons  cette négation                           qui permet

Publicités

1 réflexion sur « peau d’Ekwos »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s