les bienfaits d’une gorge pleine

Donc affirmer, un chemin différent, celui du cœur, le seul qui vaille ,
à mon avis et au tien ce qui me plait !

Il faut se résoudre à ne pas se faire entendre dans les brouhahas qui feraient croire qu’on aurait une voix alors que seule le chœur résonne,
résister aux sirènes à tête d’hydre que l’ on entend de toutes parts, et la rengaine change au gré du vent, bien sur ! repousse sur des têtes mortes, sur l’erreur et le remord,

Eux s’y retrouvent et tant mieux,  pendant ce temps s’approcher du feu de bois et se réchauffer d’une petite lumière que tous nous apportons, en riant un peu,

chantonner,

parfois d’approcher les poètes, les peintres est dangereux car ils créent un appel d’air,  à les entendre ils auraient raison et moi tort, mais est-ce sur, ne faut il pas oublier tout ça, ces schismes et lignes bien tendues, ces files d’attentes poudrées qui soliloquent « il faut murir et se remettre en cause,
la Poésie, la Peinture, l’Art majuscule ne se trouve pas où ils disent
en fait ils n’apportent rien de bon,  le doute ?  permet d’être plus fort,

… il empêche aussi !


allez poussez vous s’il vous plait! je ne peux pas écrire, laissez moi ouvrir mon bloc à aquarelle !

Au final faire comme eux et arrêter de douter , monsieur , madame vous m’emmerdez.. !

S’entourer de gens comme nous et s’en fiche de la reconnaissance, dommage quand même mais qu’est ce ce qui sera reconnu ? que l’on a été a un moment partie d’un groupe, que l’on a pu faire entendre un peu de ses calepinades?

et lire, rêver voir, parfois des voix tranquilles nous parviennent et on entend,


Ou bien faut il travailler à s’épanouir ?
Je choisi de m’épanouir, comme un arbre,
je lutte contre la solitude et vais prendre l’eau ou elle est, souterraine même à traverser les océans, ce que je fais souvent,


j’aspire à prendre une main caressante dans la mienne, pourquoi ne me caresserait elle pas, ne suis je pas aimable, mon sourire n’entraine t’il pas dans un pas de danse,
ton sourire me dit que si,
nous les fainéants de la contrée fertile!
ne peut on marcher ensemble à coup de poèmes et s’enthousiasmer de peinture,
sans faire le beau, donne la patte ! patte blanche quand je l’ai noire, noire de suie

D’accord avec toi !la bonne poésie chantons tous ensemble d’une belle voix discordante !


Publicités

2 réflexions sur « les bienfaits d’une gorge pleine »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s