brouhaha tropical

Dans le flots des mots parfois toute une jungle braille, des faunes à sang chaud et à sang froid les regards se croisent, bruissements des pulsions, des échanges, des traits, des retraits, des morsures, mais qu’ont ils donc ces animaux à s’énerver de la sorte, une bonne pluie calmerait leur ardeur, justement il pleut l’esprit douché à froid s’apaise contemple les blessures les cavités, les mauditions de l’ombre et la lumière, les cicatrices réouverte les frictions arrivées on ne sait plus comment, un déchainement tropical d’une jungle brésileira, philosophe le paresseux qui s’était endormi mal réveillé s’en alla penaud sur une branche vermoulu et chu, sans doute que le vacarme tropical avait repris et qu’il était trop tard pour les mots baumes. il prit le chemin de la rivière car lui aussi avait besoin de s’embaumer.

Publicités

1 réflexion sur « brouhaha tropical »

  1. Se laver, je connais bien. Ensuite on est encore plus beau, on sent bon, et on est de nouveau accueilli à bras ouvert.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s