Asphodel

O dear sweet rosy
unattainable desire
…how sad, no way
to change the mad
cultivated asphodel, the
visible reality

and skin’s appalling
petals- how inspired
to be so lying in the living
room drunk naked
and dreaming, in the absence
of electricity …
over and over eating the low root
of the aphodel,
gray fate…

rolling in generation
on the flowery couch
as on a bank in Arden-
my only rose tonite’s the treat
of my own nudity

fall, 1953

© Howl, Allen Ginsberg,

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s