ken Bugul


Les matins de la rue Félix-Faure étaient des matins qui réconciliaient l’être avec lui-même, avec l’autre, avec la vie. Le philosophe de la rue Félix-Faure disait que les matins de la rue Félix-Faure réconciliait l’être avec ses élucubrations, ses incertitudes, ses angoisses, ses doutes, son égoïsme et, malgré tout, son espérance.

C’était l’espérance doublée de patience qu’il fallait pour que les instincts suicidaires, les penchants au stress, les faiblesses pour les angoisses, la disponibilité pour les déceptions soient récupérées et transformées en une énergie existentielle. Cette énergie, c’était ce qu’il fallait pour que l’être humain survive à la vie. En réalité disait le philosophe de la rue Félix-Faure, nous tous, même ceux qui ne voulaient pas le reconnaitre, nous avions envie de crever plutôt que de vivre certaines vies. Nous ne les vivions même pas ces vies-là. Ce n’était pas des vies, c’étaient des déchets de vies, des résidus de vies, des vies bâtardes, bradées, mises au tapin. Des espèces de vies qui se masturbaient devant la vie, des espèces de vies qui nous soutiraient des raisonnements, des explications, des justifications, des questionnements sans fin.

……………………….

Mais l’espérance doublée de patience n’était pas seulement et toujours rattachée aux situations insondables, inexplicables, au malaise de vivre, au désespoir, au doute, à l’impatience, disait le philosophe de la rue Félix-Faure. Il n’y avait pas de doute rue Félix-Faure, par exemple. L’espérance doublé de patience était surtout dans ce qu’on appelait les bonnes choses de la vie. Les bonnes choses de la vie qui avaient l’air éphémères, et l’espérance doublée de patience les faisaient durer quelque temps encore, encore un peu plus, encore et encore. Mais c’était quoi les bonne choses de la vie ? Pour le philosophe de la rue Félix Faure, c’était entre autres bonnes choses, les matins de la rue félix-Faure. C’était comme le sourire d’un enfant. C’était comme la jouissance.

…………

(©Ken Bugul, Rue Félix-Faure, Hoëbecke)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s