2 Replies to “”

  1. entre deux instants l’espace d’une vie
    dans le regard d’un pendu oscille
    comme la vague l’ancienne la vieille
    cette eau qui pense immense qui se dit:
    « Pourquoi suis-je sorti
    de l’eau? »

    la reponse vint ce n’etait qu’un murmure:
    « Pour deposer une fleur sur ma paume. »

  2. Occupée à régler des problèmes d’attaques sur mon blog je ne t’avais pas encore rendu visite. Quel doux parfum poétique monte à mes narines après celui du fumier. ton poème est magnifique. Bravo aussi pour le commentaire de reading is dangerous. C’est un bon et j’aime le danger…
    Même en ayant pris un compte google exprès pour pouvoir aller chez les amis comme toi qui sont pris dans le système google. Mais il arrive que ce soit impossible, refus du code par exemple. Je t’embrasse fort. Ariaga.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.