pour un instant
suspendu dans le vide
immobile
les probabilités de s’écraser
vertigineuses
dérives sans limites
à la merci des contraires
le corps laissé
en apnée de l’esprit
au cœur qui se sait relié
à l’essentiel
au risque de l’autre
quand l’évidence
se meurt fleur à l’intérieur
est une végétation
un monde en soi
inverse la poussée
la mort promise
verticalité incongrue
sur le plan de l’horizon
impulse une ligne
de l’épaisseur amoureuse
ramené à soi
la certitude de rejaillir
dans la fidélité

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s