accord parfait

les jours viennent comme viennent les jours dans l’épaisseur
par dessus, une couche de brume cache la lumière qui finalement ne doit pas cacher ce qui vit dans le jour
C’est un grand reptile qui somnole plutôt que de courir dans les bois
non que la vitesse importe ni que le recul suffise
l’observation, la peau et l’épaisseur ne figent
un personnage pense qu’il est important de s’attarder et de s’asseoir avec quelqu’un, il frôle le lac en songe, peut être un bras dessus un bras dessous permet d’être plus réceptif ou tout simplement est-ce confortable, l’un à l’autre s’accordant à la vue
l’air est pesant et soutient l’ensemble, dans l’île, le coeur est joyeux et l’homme qui regarde ne sent pas le poids dans la fumée

la brume, le sommeil, l’image et l’esprit se superposent.

Exif_JPEG_PICTURE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s