barbe de l’un

Hisse le ton des gorges chaudes

un filet se raréfie mais impacte

peut rendre malade quand la nuit vient

ou que s’évanouit

la beauté alitée aux bras du lit

même en l’absence le souvenir de l’œil

l’éclat grossissant du verre

voit le masque immergé dans la tristesse

de celle qui

en ombre chinoise derrière le paravent

le papillon et la grue un soir se sont mêlés

sans effusion

et sans en dire plus qu’il n’eut fallut

 

301341_10151438699396632_1462026148_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s